Holuhraun: Explorer un champ de lave encore chaud

Rédigé par Sandrine Publié le 28/12/2017
Intérêt
Accès

Voici l'une des découvertes marquantes de notre séjour en Islande! Ce n'est pas tous les jours que l'on a l'occasion de marcher sur de la lave à peine refroidie!

Mais qu'est-ce que le Holuhraun?

Coulée de lave rouge - HoluhraunLe Holuhraun est un vaste désert de lave situé au sud d'Askja et au nord de l'immense Vatnajökull, dans les Hautes Terres de l'est. Il a été formé suite à d'anciennes éruptions volcaniques successives, provenant du Bárðarbunga, un volcan situé sous l'épais glacier du Vatnajökull.

Le 29 août 2014, le Bárðarbunga est à nouveau entré en éruption. Cela n'a pas marqué les esprits à cette époque, 4 ans après l'Eyjafjallajökull, mais ce volcan a tout de même formé une fissure éruptive d'1,6 km de long! De cette fissure ont jailli de nombreuses fontaines de lave, produisant des coulées massives qui se sont répandues durant plusieurs mois, recouvrant une bonne partie de l'ancien champ de lave d'Holuhraun sur 84 km². L'éruption s'est arrêtée 6 mois plus tard, en février 2015. Depuis, le champ de lave refroidit lentement.

L'accès au nouveau champ de lave d'Holuhraun

Toute la zone fût fermée pendant plusieurs mois suite à l'éruption. Courant août 2015, une première petite partie a pu être ré-ouverte. En juillet 2016 nous étions alors très curieux de pouvoir nous rendre au chevet du champ de lave d'Holuhraun pour observer une des coulées récentes.

L'accès au champ de lave s'effectue depuis la piste F910, au sud d'Askja. Le 4x4 est obligatoire. Il est plus aisé de s'y rendre depuis Askja, au nord-est, car la partie sud-ouest de la F910 possède de nombreux gués difficiles. A partir du camping de Drekagil (au pied d'Askja), il faut donc emprunter la F910 qui part en direction du sud et contourne Askja en se rapprochant légèrement du Vatnajökull.

Après une dizaine de kilomètres, la piste caillouteuse laisse place à un immense et magnifique désert de cendres noires.

A l'époque (en juillet 2016), seules les parties Nord et Est du champ de lave étaient ouvertes au public. La partie Ouest était encore fermée car la lave y était encore trop chaude avec un fort risque de dégagement toxique. On pouvait d'ailleurs très bien apercevoir le panache de fumée blanche qui s'échappait des parties Ouest et Sud du champ de lave.

Vapeur se dégageant de la coulée d'Holuhraun

L'accès Est

Nous avons tenté d'emprunter en premier l'accès Est, le premier en arrivant d'Asjka. N'étant pas fléché, nous avons suivi un tout petit panneau indiquant la rivière Svartá en direction du Sud-Est depuis la F910. La piste poursuit alors son avancée au travers du désert de cendres et atteint bientôt quelques rochers.

Un second embranchement signale cette fois la présence du champ de lave sur la droite. La piste devient alors plus technique et arrive bientôt devant une rivière, qu'il nous semble être l'un des affluents de la Jokulsà qu'il faut traverser pour continuer. Ce jour là, la rivière nous semblait bien trop haute et tumultueuse, avec surtout de grosses pierres au fond du lit, au niveau du gué. Un panneau indiquait d'ailleurs qu'il fallait au minimum une "big Jeep" pour continuer au delà. Notre garde au sol n'étant que de 20 cm, nous avons alors attendu le passage d'un autre véhicule (un énorme 4x4), dont le passage nous aura conforté dans le fait que notre Dodge Durango n'aurait probablement pas été à la hauteur pour franchir le gué. 

C'est à contre-coeur que nous faisons demi-tour. Nous regagnons la F910 que nous empruntons en direction de l'Ouest jusqu'à atteindre l'accès Nord du champ de lave. 

Il est à noter que des bassins d'eau chaude naturels et propices à la baignade se seraient formés suite à la coulée.

L'accès Nord

L'accès Nord est signalé après avoir parcouru plusieurs kilomètres vers l'Ouest sur la F910. La piste traverse toujours le vaste désert de sable, lorsqu'un petit panneau indique le champ de lave sur la droite. Un parking est situé à quelques mètres de la route. Coordonnées GPS: 64.922000, -16.725100

Découverte du champ de lave d'Holuhraun

Panneau de vigilance à HoluhraunDu parking de l'accès Nord, une petite boucle de 800 mètres a été aménagée afin de pouvoir découvrir le nouveau champ de lave d'Holuhraun. L'itinéraire est signalé par des piquets jaunes qu'il faut suivre. En effet, la lave étant très récente, elle n'est pas encore bien stabilisée. D'ailleurs, un panneau nous le rappelle au départ de la randonnée et nous ne tarderons pas à le découvrir de nous-même.

Cette petite boucle qui peut être empruntée dans les 2 sens nous emmène au travers du champ de lave. C'est sous une pluie battante que nous débutons la découverte, d'abord en suivant le sentier dans la cendre, puis en montant sur les gros blocs de lave.

Le terrain est chaotique! Le désert fait place à une immense coulée dont on ne parvient pas à en percevoir le bout. De nombreuses fissures béantes témoignent du cataclysme récent. Les formations sont fascinantes! Par endroit, des grottes de lave se sont effondrées et nous font prendre conscience que l'ensemble de la zone est vraiment instable et peut céder à tout moment.

Nouveau champ de lave d'Holuhraun - 2014/2015

Il est important de ne pas s'éloigner de la zone signalée par les piquets.

La lave solidifiée accroche nos chaussures, mieux vaut ne pas tomber! Nous ne sommes d'ailleurs pas rassurés quand à la stabilité des roches qui s'effritent et tremblent sous nos pas. Nous sommes donc prudents tout le long du parcours en restant bien à proximité des piquets.

Sous la croûte superficielle, les fissures laissent apparaître de grandes strates rouges et jaunes. De certaines s'échappe de la vapeur tiède. On se laisse envahir par cet air chaud sortant des entrailles de la terre! C'est vraiment impressionnant surtout que la température extérieure est proche de 0°C.

Gros plan sur la lave - Holuhraun

Gros plan sur la lave - HoluhraunGros plan sur la lave - Holuhraun

On essaye alors de trouver l'origine de cette chaleur qui émerge des profondeurs. On met la main au sol, tâtant la roche pour trouver les zones chaudes que l'on ne tardera pas à identifier. L'intérieur de certaines fissures est encore chaud! En y passant légèrement la main, on ressent la chaleur comme si on insérait la main dans un four. C'est fascinant et effrayant à la fois! C'est incroyable de ressentir toute la chaleur que les anciennes roches en fusion ont emmagasinée. Il faudra des dizaines d'années pour que cette lave soit refroidit à coeur.

La petite boucle se parcourt rapidement mais est vraiment intéressante sur le plan géologique. Il est assez rare de pouvoir marcher sur un champ de lave à peine refroidit! Même si l'endroit peut faire penser au champ de lave de Leirhnjúkur près de Myvatn, celui-ci est bien plus récent et moins touristique. Point d'intérêt incontournable si l'on se trouve dans la région d'Askja.

Pour ne pas rater nos prochains articles, abonnez-vous à notre newsletter personnalisée !

Commentaires
Aucun commentaire
Ecrire un commentaire