Randonnée vers le paradis perdu de Rauðibotn

Sandrine
07/11/2016

Il existe des paysages fantastiques sur Terre, dont peu de monde connait l'existence et qui nous embarquent pour un voyage sur une autre planète. Les paysages autour du cratère de Rauðibotn, le long de la Hólmsá font partie de ces décors mystérieux, qui vous envouteront au premier regard. Si vous avez l'âme d'un aventurier, surtout venez vous perdre au nord de la F210.

Un paradis perdu

Si Rauðibotn est un paradis perdu, c'est que cet endroit reste difficile d'accès, à l'écart des sites touristiques et de la route n°1. Aucun guide (à ma connaissance) n'indique son existence. Il n'existe pas de sentier balisé, pas de parking officiel, pas de panneaux signalant l'endroit. Rien n'indique l'existence de cet endroit fantastique. Alors pour trouver ce paradis perdu, suivez bien nos instructions.

L'accès en 4x4

Sur la F210, au niveau de la rive est du gué de la Hólmsá (environ 1,5km à l'ouest de la jonction entre la F233 et la F210), une piste non signalée, mais tout de même assez marquée part en direction du Nord. Elle traverse à gué un petit bras de la Hólmsá et monte légèrement en continuant après quelques centaines de mètres vers l'Ouest.

Attention à la traversée du gué sur la Hólmsá qui peut être périlleux selon les conditions météo et la fonte des neiges. Il est assez large, le fond est très sablonneux et le niveau de l'eau peut être assez haut. Environ 55/60cm d'eau lors que nous y sommes passés en Juillet 2016 sachant que la Hólmsá semblait assez basse en amont. A noter que le niveau peut facilement atteindre 80cm (niveau indicatif car les variations peuvent être très fortes).

La petite piste prend peu à peu de l'altitude jusqu'à arriver au sommet d'un promontoire qui se termine en cul de sac. Des traces de quad partent tout droit vers le nord sur une pente très raide. Laissez votre voiture ici, la plateforme est assez grande pour y stationner à plusieurs. Déjà, d'ici, on peut contempler le panorama sur la Hólmsá et la plaine qui semble infinie, parsemée de monts verts.

Le début de la randonnée

Suivez à pied les traces de quad qui montent la pente assez raide. Ces traces nous serviront de repère pour nous rendre au cratère. Sur votre droite, vous verrez un sentier de randonnée qui longe le flanc de la colline. Ne l'empruntez pas car il ne mène pas au cratère de Rauðibotn et bifurque après quelques dizaines de mètres vers la droite.

Les traces de quad continuent à monter, sillonnant une végétation fragile constituée de gros coussins de mousse. Par endroit, l'eau alimente le sol et permet à d'autres types de mousses plus claires de pousser, ce qui créé de jolies nuances de vert.

Surtout soyez attentifs à la nature très fragile ici. Si vous le pouvez, évitez de sortir des traces pour préserver la végétation.

En direction du cratère

Après avoir gravi la première colline, l’ascension devient plus douce. Au bout d'environ 1 km, les paysages tant attendus commencent à se dévoiler. Les premiers contours du cratère rougeoyant de Rauðibotn apparaissent et l'on devine la Hólmsá en contrebas.

Le sentier descend ensuite sur quelques dizaines de mètres juste avant d’attaquer l’ascension du cratère. A cet endroit, vous apercevrez peut-être un sentier partant en direction de l'Ouest et permettant de descendre au bord de la Hólmsá (à 1,2 km environ du départ), alors que les traces de quad se poursuivent vers le Nord. Nous vous conseillons de l’emprunter au retour, pour ainsi faire un boucle qui vous permettra de faire le tour du cratère par le haut et ainsi découvrir les plus belles vues. Pour bien identifier ce sentier (nous ne l'avions pas remarqué à l'aller), nous vous conseillons d'utiliser la petite carte en bas de l'article où il est bien visible, car sur le terrain, les traces de quad sont bien plus larges et parfois le petit sentier est presque effacé.

L'ascension du cratère

Les traces de quad se dirigent vers le bord du cratère. Cette partie de l’ascension est la plus éprouvante car la pente est très raide. Mais les quelques efforts seront bien récompensés car peu à peu, l’altitude dévoilera toutes les couleurs de ce sublime paysage qui se révèle enfin!

Arrivés à mi-chemin avec le point le point culminant, approchez-vous du bord.

Wahou, c'est absolument grandiose, le paysage semble à peine réaliste! Le cœur du cratère apparait, dévoilant un petit lac d’un vert émeraude lové au milieu des roches rouges. A la gauche, la Hólmsá serpente au milieu d’un décor de mousse sculpté par la force de l'eau. La scène semble chaotique et d'une exceptionnelle beauté.

On resterait des heures à contempler ce paysage fascinant!

L’ascension se poursuit en continuant vers le haut du cratère. La pente est maintenant moins raide, même l’ascension reste fatigante. Les traces de quad sont moins visibles car cette partie est plus exposée aux intempéries. Si le temps est venteux, il est probable que vous ayez beaucoup de vent.

Enfin, les derniers efforts sont récompensés par la vue imprenable depuis le sommet. Quelle explosion de couleurs!

Une couronne d’un vert presque fluorescent encercle le petit lac émeraude au coeur des pentes rougeoyantes du cratère.

A partir de ce point, les traces de quad semblent disparaitre, ou descendre de l’autre côté. On continuera donc sans traces, avec pour objectif de rejoindre le sentier qui longeait la Hólmsá que nous avions vu précédemment.

On vous recommande de descendre en vous dirigeant vers le Sud-Ouest pour trouver une pente plus douce. Sur le flanc du cratère, quelques rochers permettent d'avancer plus facilement et ainsi d'éviter d'abimer la mousse fragile.

Prenez le temps de regarder en direction du sud-ouest, juste derrière la colline striée de mousse verte. Au fond, seul, perdu dans un désert noir de solitude, le Maelifell trône fièrement devant l'immense Mýrdalsjökull. Un peu plus bas, cette fois vers le nord-ouest, une grande tâche bleue turquoise se dessiner. La petite tâche s'élargit au fur et à mesure de la descente pour laisser apparaître un grand lac: le Hólmsárlon. C'est splendide!

L'eau qui se découvre est d'un beau bleu turquoise laiteux, baignant dans un décor de mousses vertes.

Au bord de la Hólmsá

Nous sommes maintenant arrivés au bord de la Hólmsá. Si vous atteignez les rives du lac, c'est que vous avez été trop au nord. Dans ce cas, longez le lac vers la gauche (aval) et le sentier devrait apparaître juste à la fin du lac, au niveau de la petite cascade.

Une fois sur le sentier, vous pourrez soit poursuivre en remontant le Hólmsárlón, soit compléter la boucle. Si vous regardez sur la rive opposée, vous verrez un sentier se dessiner. Il s'agit de la suite de l'itinéraire qui, si on le poursuit sur plusieurs kilomètres, nous amènera à Strútur et sa source chaude.

Vous pouvez, si vous le souhaitez, continuer dans cette direction et marcher au bord du grand lac, mais il vous faudra traverser à gué la Hólmsá au niveau de la petite chute d'eau juste avant que ne se forme le lac. Regardez sur la carte en bas de l'article, le sentier y est indiqué.

Mais en ce qui nous concerne, n'ayant pas été plus loin par manque de temps, nous vous proposons donc de compléter la boucle pour atteindre le petit lac de Rauðibotn.

Le sentier se poursuit en longeant tranquillement la Hólmsá, passant à proximité de plusieurs petites cascades très différentes. Il y en a de toutes sortes, c'est très agréable! L'endroit idéal pour casser la croûte car ici nous sommes plutôt à l'abri du vent. La rivière continue de descendre parsemée de grandes vasques d'un superbe bleu turquoise incitent à la baignade (froide!).

Le sentier arrive maintenant au niveau du petit lac de Rauðibotn, que l'on avait découvert d'en haut. L'eau du lac s'écoule par un petit chenal pour atteindre la Hólmsá qu'il faudra enjamber, ou plutôt sauter, pour poursuivre notre route. Le bras n'est pas très large mais suffisamment pour nécessiter un peu d’élan (je dirai environ 1m30). Sinon il vous faudra enlever vos chaussures pour le traverser sachant qu'il n'y a pas beaucoup d’eau, ni de débit.

Une fois passé cet obstacle, le sentier longe la Hólmsá pendant encore quelques mètres, puis il s’élève pour passer au-dessus d'un talus et rejoindre les traces de quad. A cet endroit, une grosse plaque de neige nous avait barré la route, nous obligeant de « fabriquer » un escalier de glace pour grimper sur le névé.

De l’autre côté, les paysages retrouvés sont familiers, et après 300 mètres la piste de quad réapparait. Il suffira alors de suivre les traces jusqu’au bout et regagner ainsi la plateforme de départ.

L'avis de Flo

Cet endroit est superbe et très particulier. Nous voulions faire un petit survol de la zone avec notre drone pour illustrer et donner des infos de localisation pour cet article, mais ça n'a pas été possible.

Ces appareils étant sensibles à la présence de fer, nous soupçonnons le sol d'être riche en minerais. Le cratère de Rauðibotn ne se laisse pas approcher facilement!

Commentaires
Aucun commentaire
Ecrire un commentaire

Soyez les premiers informés de nos nouvelles publications en nous suivant sur les réseaux sociaux!